La Congolaise

Útá Wikipedia.
Kokɛndɛ na: bolúki, boluki

La Congolaise (Ya Kongó o lingála) ezalí loyémbo-lokúmu la Kongó-Brazzaville o lokótá lifalansé. Ezalakí loyémbo-lokúmu bandá o 1959 téé o 1969 mpé bandá 1991. Ekomámákí na Jacques Tondra mpé Georges Kibanghi (texte) mpé eyémbámákí na Jean Royer mpé Joseph Spadilière (mizíki).[1]

Loyémbo[kokoma]

En ce jour le soleil se lève
Et notre Congo resplendit.
Une longue nuit s'achève,
Un grand bonheur a surgi.
Chantons tous avec ivresse
le chant de la liberté.

CHORUS:
Congolais, debout fièrement partout,
Proclamons l'union de notre nation,
Oublions ce qui nous divise,
soyons plus unis que jamais,
Vivons pour notre devise:
Unité, travail, progrès!
Vivons pour notre devise:
Unité, travail, progrès!

Des forêts jusqu'à la savanne,
Des savannes jusqu'à la mer,
Un seul peuple, une seule âme,
Un seul coer, ardent et fier,
Luttons tous, tant que nous sommes,
Pour notre vieux pays noir.

CHORUS

Et s'il nous faut mourir, en somme
Qu'importe puisque nos enfants,
Partout, pourront dire comme
On triomphe en combattant,
Et dans le moindre village
Chantent sous nos trois couleurs.

CHORUS

Tálá mpé[kokoma]

Références[kokoma]

  1. La Semaine africaine 378, 29 novembre 1959, in Silvère NGOUNDOS IDOURAH and Nicole DOCKES-LALLEMENT, Justice et pouvoir au Congo-Brazzaville, 1958-1992, la confusion des rôles, L'Harmattan, Paris, 2001, ISBN 2-7475-1319-X, 9782747513197