Utilisateur:Bombo/abc

Útá Wikipedia.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Graphie[kokoma | kobɔngisa mosólo]

Il semble y avoir deux graphies différente pour le lingála

  1. avec accents toniques et caractères spéciaux
    • soutenu par l'ALRC et retrouvé dans la littérature
    • nécessite un affichage spécial (facile d'accès en général avec Lucida Sans Unicode)
    • nécessite une méthode d'entrée spéciale (des raccourcis dynamiques sur la page de modification, ou sur l'OS --- lequels?)
    • La Société Zaïroise des Linguistes avait adopté comme convention d'utiliser les tons ponctuels en 1974 (Edema Atibakwa Baboya, 1994)
  2. sans accents toniques et sans e & o ouverts
    ɛ -> é
    ɔ -> o
    o -> ó
    • Le seul accent tonique parfois indiqué est sur le á, et peut-être ú.

Encodage[kokoma | kobɔngisa mosólo]

Il existe très peu d'encodage supportant les jeux de caractères lingala.

  • AFRLIN-104-BPI_OCIL - support complet
  • Unicode - support théorique (les accents sont seulement accessible en caractères combinatoires pour les ɔ et ɛ), manque d'applications et de polices de caractères compétentes

Assez souvent l'orthographe est influencée par l'orthographe française : avec le double S, « ss », pour transcrire [s] ; « ou » pour [u] ; I avec tréma, « aï » pour [ai] ; E accent aigu, « é » pour [e] ; « e » pour le son [ɛ], O accent aigu, « ó » pour [ɔ] et parfois [o] à l'inverse de « o » pour [o] ou [ɔ]; I ou Y pour [j]. Un même mot peut se retrouver avec autant d'orthographes que les prononciations régionales, par exemple : « nyonso » , « nyoso », « nionso » , « nioso » sont tous des orthographes populaires de nyɔ́nsɔ.

Les accents indiquent les tons des voyelles auxquels ils s'attachent, l'accent aigu indique un ton haut, l'accent circonflexe indique un ton variant descendant et le hatchek (circonflexe inversé) indique un ton variant montant.

tons valeur
phonétique
exemples
a A á â ǎ [a] nyama (animal), matáta (difficulté), sâmbóle (énigme), libwǎ (neuf);
b B [b] bísó (nous)
c C [] ciluba (tchiluba)
d D [d] madɛ́su (fèves)
e E é ê ě [e] komeka (essayer), mésa (table), kobênga (appeler)
ɛ Ɛ ɛ́ ɛ̂ ɛ̌ [ɛ] lɛlɔ́ (aujourd'hui), lɛ́ki (cadet), tɛ̂ (non)
f F [f] lifúta (récompense)
g G [ɡ] kogánga (crier)
gb Gb [ɡ͡b] gbagba (passerelle)
h H [h] bohlu (bohrium)
i I í î ǐ [i] wápi (où), zíko (erreur), tî (thé), esǐ (distant);
k K [k] kokoma (écrire)
kp Kp [k͡p] kpia (oryctérope), kpála (roseau)
l L [l] kolála (se coucher)
m M [m] kokóma (arriver)
mb Mb [ᵐb] kolámba (cuisiner)
mf Mf [ᵐf] mfúlu (écume, bave)
mp Mp [ᵐp] mpa (pain)
mv Mv [ᵐv] mvúama (riche)
n N [n] no (dent)
nd Nd [ⁿd] ndeko (frère)
ng Ng [ᵑɡ] ndéngé (façon)
ngb Ngb [ᵑɡ͡b] engbunduka (train)
nk Nk [ᵑk] nkámá (cent)
ns Ns [ⁿs] nsɔ́mi (libre)
nt Nt [ⁿt] ntaba (chèvre)
ny Ny [ɲ] nyama (animal)
nz Nz [ⁿz] nzala (faim)
o o ó ô ǒ [o] moto (être humain), sóngóló (monsieur), sékô (définitivement)
ɔ Ɔ ɔ́ ɔ̂ ɔ̌ [ɔ] sɔsɔ (punaise), lɛlɔ́ (aujourd'hui), sɔ̂lɔ (vraiment), tɔ̌; (ou)
p p [p] pɛnɛpɛnɛ (à côté)
r R [r] malaríya (malaria)
s S [s] kopésa (donner)
t T [t] tatá (père)
ts Ts [t] etsutsela (accord)
u U ú [u] butú (nuit), koúma (attendre)
v V [v] kovánda (siéger)
w W [w] wa (café)
y Y [j] koyéba (savoir)
z Z [z] kozala (être)